Visuel d'illustration pour <span>L'ERAFP participe à Climate Chance</span>
Information générale

L'ERAFP participe à Climate Chance

  • 22 septembre 2016
Climat

Du 26 au 28 septembre, la ville de Nantes reçoit le Sommet mondial des acteurs non étatiques du climat.


"Climate Chance" rassemble collectivités, syndicats, scientifiques, entreprises, associations, citoyens du monde entier.

Cette première édition fait suite aux Espaces générations climat organisés à la COP21.
En favorisant le dialogue et le partage d'expériences des sociétés civiles locales et internationales, l'événement entend s'installer comme un moment de rencontre régulier entre les organismes/individus engagés dans la lutte contre le réchauffement climatique.

Philippe Desfossés, directeur de l'ERAFP, participera à la session "Qu’est-ce que la finance (vraiment) verte ?", aux côtés d'Anne-Catherine Husson-Traore, Directrice générale de Novethic, Eric Loiselet, Administrateur de l’Ircantec et Jean-Guillaume Peladan, Responsable de la Recherche ESG de Sycomore.
Les caractéristiques et les garanties environnementales de la finance dite verte seront au cœur du débat. 
 

Présentation

Pour lutter contre le changement climatique et favoriser l'économie verte, il faut de très importants investissements partout dans le monde, il faut aussi réorienter les flux financiers vers le financement de modèles économiques dits bas carbone. Ce n’est pas un vœu pieu c’est un mouvement en marché qui s’est particulièrement accéléré en 2015.
Novethic qui est un centre de recherche spécialiste de ces sujets a publié plusieurs études accessibles sur son site Internet qui comptabilisait en mai 1100 investisseurs gérant 32 000 milliards d’euros mobilisés sur le climat. Cela veut dire quoi ? Ils ont introduit des dimensions environnementales dans leur gestion financière. Cela les conduit par exemple à exclure les producteurs d’énergies fossiles ou à faire pression sur ces mêmes producteurs pour qu’ils changent leurs modèles économiques et investissent dans d’autres énergies. Ils peuvent aussi faire des investissements dans des activités à bénéfice environnemental, des éco industries, des infrastructures comme des parcs éoliens ou solaires ou autres types d’activités. C’est  ce qu’on appelle la finance verte.
Les pionniers français de cette finance vraiment verte vont vous expliquer chacun à leur manière pourquoi, comment et dans quel objectif ils sont passés au vert, progressivement. 

L'ensemble du programme est consultable en cliquant ici.