Visuel d'illustration pour <span>L’ERAFP publie sa politique de vote et précise sa stratégie d’engagement actionnarial</span>

L’ERAFP publie sa politique de vote et précise sa stratégie d’engagement actionnarial

  • 12 mars 2015
Engagement actionnarial

En cohérence avec les Principes pour l’Investissement Responsable (PRI) dont il est signataire, l’Établissement de Retraite additionnelle de la Fonction publique (ERAFP) a mis à jour ses lignes directrices en matière d’engagement actionnarial et sa politique de vote aux assemblées générales (AG) pour l’année 2015.

 

L’ERAFP muscle sa politique de vote

Après 3 années de mise en œuvre, l’ERAFP a décidé que sa politique de vote 2015 mettrait l’accent sur un nombre restreint de sujets qui mériteront d’être discutés de manière prioritaire avec les émetteurs dans le cadre de la prochaine saison  des assemblées générales :

  • la transparence sur l’activité et la situation financière des sociétés cotées dans chaque pays où elles opèrent
  • le partage de la valeur ajoutée et la mise en œuvre de politiques responsables en matière de distribution de dividendes
  • la féminisation des conseils d’administration avec un seuil minimum de 30% de femmes dans les conseils d’administration
  • la promotion des principes de transparence, équité et modération dans les modalités de rémunération des dirigeants

Afin de s’assurer de sa bonne mise en œuvre, l’équipe ISR de l’ERAFP analysera les résolutions soumises aux AG de 40 grandes sociétés françaises et de 20 grandes sociétés internationales qui représentent plus de 40% des participations en actions de l’ERAFP.

 

L’ERAFP précise sa stratégie d’engagement actionnarial

En parallèle, l’ERAFP a décidé de concentrer ses efforts en matière d’engagement actionnarial sur quatre grandes thématiques que l’établissement considère stratégiques pour un investisseur ISR de long terme :

  • la lutte contre le changement climatique et la promotion de stratégies de réduction des émissions de gaz à effet de serre des entreprises ;
  • la lutte contre les pratiques d’optimisation fiscale agressive et la promotion de la responsabilité des entreprises en matière de civisme fiscal ;
  • la cohérence entre les engagements des entreprises en matière de développement durable et leurs pratiques de lobbying ;
  • la prévention des risques sociaux dans la chaîne d’approvisionnement