Le best in class


 


Le best in class à l’ERAFP

L’application du principe de best in class se traduit dans le dispositif par des règles quantitatives permettant de définir l’univers d’investissement éligible. Ces règles sont déclinées pour chaque classe d’actifs, dans le but d’inciter chacun à progresser. De façon générale cela signifie :
  • n’exclure aucun secteur d’activité, mais promouvoir les émetteurs les plus responsables au sein de chaque secteur et plus généralement au sein de groupes d’émetteurs comparables ;
  • valoriser les progrès réalisés ;
  • suivre et accompagner les émetteurs qui s’inscrivent dans une démarche de progrès continus.
Pour un investisseur de la taille de l’ERAFP, désireux d’adopter une démarche transversale homogène sur l’ensemble des classes d’actifs dans lesquelles il investit, l’approche best in class semble la plus cohérente :
  • elle concerne non seulement tous les investissements du Régime,  mais  elle s’applique aussi à toutes les phases de l’investissement (en amont lors de la sélection des actifs et en aval, avec un suivi des titres ou des actifs après l’investissement),
  • elle repose sur un large spectre de valeurs appliqué transversalement, plutôt que sur une multitude de poches monothématiques,
  • elle s’attache aux liens existants entre les différents enjeux et entre les différents émetteurs, au lieu d’attaquer chaque problématique isolément.
A l’inverse, il pourrait sembler incohérent d’exclure certains secteurs économiques entiers alors qu’il y a dans le portefeuille des émetteurs d’autres secteurs ou d’autres classes d’actifs ayant des liens étroits avec les secteurs exclus.


 
Publications