L'ISR à l'ERAFP


L'origine de la démarche

Dès 2005, le conseil d’administration de l’ERAFP a décidé d’adopter une politique de placement qui prenne en compte, de manière résolue et permanente, la recherche de l’intérêt général. Cela s’est traduit en 2006 par l’adoption d’une Charte ISR qui précise les orientations, supports et moyens nécessaires pour appliquer cette politique de placements socialement responsables.

Les cinq valeurs de la Charte

  • Etat de droit et droits de l’Homme
  • Progrès social
  • Démocratie sociale
  • Environnement
  • Bonne gouvernance et transparence
A partir de 2007 cette Charte a été déclinée en un Dispositif ISR qui détaille et « opérationnalise » les valeurs et principes d’application inscrits dans la Charte. Pour chaque classe d’actifs ou catégorie d’émetteurs, un référentiel de critères détaillé défini les modalités d’application du principe de best in class sont précisées.
 
En 2012, ce dispositif a été complété par l’adoption de lignes directrices en matière d’engagement actionnarial.

En 2016, dix ans après sa mise en place par le Conseil d’administration, la Charte ISR a été renouvelée. Trois innovations majeures y ont été apportées : le renforcement de la place accordée aux enjeux environnementaux et climatiques, la mesure de l’impact des investissements, le suivi des violations des normes internationales par les entreprises.

La mise à jour du référentiel entreprises a également permis à l’ERAFP de mettre en œuvre une politique ISR plus ciblée et plus efficace afin de mieux prendre en compte les impacts extrafinanciers de ses investissements.

Si l’approche de l’ERAFP est aujourd’hui rodée et reconnue, il est désormais nécessaire d’apporter les preuves de :
  • son impact positif sur l’environnement et la société en général
  • son efficacité à couvrir l’ERAFP, au moins dans une certaine mesure, contre les risques liés au changement climatique
C’est dans cette optique que depuis fin 2013, l’ERAFP s’attache à quantifier les émissions de gaz à effet de serre induites par ses investissements, en actions cotées dans un premier temps, et à les comparer avec un indice de marché standard (voir « La lutte contre le changement climatique »).

Dans cette lignée, et conformément aux dispositions de l'article 173 de la loi relative à la transition énergétique du 17 août 2015, l'ERAFP a détaillé dans son rapport annuel 2017 sa prise en compte, en tant qu'investisseur institutionnel, des enjeux sociaux et environnementaux dans ses opérations d'investissement.
 
Désireux d’approfondir dans la démarche, le choix a été également fait de suivre les recommandations de la TCFD (Task Force on Climate-related Financial Disclosures - Groupe de travail sur la transparence financière et le climat du G20), qui oeuvre depuis fin 2015 à l’amélioration de la transparence financière liée au risque climat. 
 

Cette politique engagée, dont l’ampleur s’est accrue au fil du temps, fait aujourd'hui de l'ERAFP un investisseur 100% socialement responsable, et le place en première ligne des investisseurs institutionnels européens ISR.

 
 

Publications