L'engagement actionnarial


Jusqu’en 2012 l’approche ISR de l’ERAFP reposait principalement sur l’application de critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) au niveau de la sélection des investissements en portefeuille. Le dispositif a été complété par l’adoption en décembre 2012 de lignes directrices en matière d’engagement actionnarial : elles visent à définir un cadre d’intervention pour l’ERAFP (et/ou ses mandataires) en tant qu’actionnaire actif. Rappelons en effet ce qu’affirme la Charte ISR : « l’ERAFP s’attache en outre à accompagner sur le long terme les organismes dans lesquels il décide d’investir en exerçant ses responsabilités d’actionnaire ou de partie prenante, afin de promouvoir durablement en leur sein des pratiques conformes aux valeurs qu’il porte ».
 
Cette politique d’engagement actionnarial repose sur :

  • L’implication de l’ERAFP dans des initiatives d’engagement collaboratif, afin de bénéficier de l’expérience d’autres investisseurs et des effets positifs de la mutualisation des ressources et actifs sous gestion.                                                                                          
  • Une politique de vote aux assemblées générales qui est axée sur la promotion des intérêts des actionnaires de long terme : soutenabilité du dividende, prise en compte des critères environnementaux et sociaux dans les politiques de rémunération des dirigeants, modération de ces rémunérations en particulier de leur part variable à court terme, etc.
Cette politique de vote est mise à jour annuellement afin de tirer les leçons de chaque saison d’assemblées générales et ainsi de renforcer la pertinence de la nouvelle politique de vote.
Si elle est mise en œuvre par les sociétés gérant en son nom des mandats de gestion d’actions, l’ERAFP s’assure de sa bonne interprétation et de la cohérence des positions exprimées en coordonnant le vote de ses mandataires pour un certain nombre d’entreprises. En 2014, cet échantillon était composé de 40 grandes sociétés françaises et de 20 grandes sociétés internationales, contre 40 entreprises en tout en 2013.
Une synthèse des résultats des assemblées générales des entreprises suivies spécifiquement par l’ERAFP en 2014 est disponible ci-après dans les documents liés.
 
Publications