Visuel d'illustration pour <span>Le climat, la preuve par l'action - par Philippe Desfossés</span>
Information générale

Le climat, la preuve par l'action - par Philippe Desfossés

  • 23 novembre 2015
Climat
Article de Philippe Desfossés,
Directeur de l'ERAFP

Il n’est plus contesté que la température à la surface du globe a régulièrement progressé avec l’ère industrielle. Dans ces conditions, au titre de leur devoir fiduciaire, les investisseurs institutionnels doivent se demander si le changement climatique peut compromettre leur capacité à honorer les engagements qu'ils ont pris vis à vis de leurs clients, de leurs assurés, ou de leurs cotisants.

 
Si très peu d'entre eux peuvent assumer de rester sans rien faire, ils sont pour beaucoup relativement démunis quand il faut passer à l’action. De fait, les organes de gouvernance de ces investisseurs ont une compréhension variable du risque carbone et pour certains la prise de conscience est très limitée. Cette méconnaissance associée à la difficulté de s'y retrouver dans des discours souvent contradictoires et parfois abscons peut justifier une frilosité voire des actions qui ne vont pas au-delà du symbolique.
 
Pour sortir de cette situation, il faut accepter de reconnaître qu'un grand nombre d'investisseurs a besoin de réponses simples et que leur gouvernance puisse « acheter » en confiance. Dans cette perspective, voici trois exemples d'initiatives qui peuvent vraiment accélérer le passage à l'acte de nombreux investisseurs.
 

Les initiatives d’investissement en faveur du climat

Le financement de la transition vers une économie moins carbonée est porteuse de multiples opportunités d'investissement. Les investisseurs le savent.
S'ils hésitent à investir dans les actions des entreprises qui développent des produits ou services qui profiteront de la transition c'est notamment parce leur tolérance au risque est limitée mais aussi parce que le cadre prudentiel reste peu incitatif à toute prise de risque.
La Banque européenne d'investissement (BEI), BNP Paribas et Vigeo ont conjugué leur expertise pour proposer un vecteur d'investissement innovant. L’initiative Tera Neva permet ainsi de participer au financement de projets européens en faveur du climat via un « Climate Awareness Bond » de la BEI. Concrètement, le produit de l’émission sera investi dans des entreprises engagées dans une démarche convaincante en matière de lutte contre le changement climatique. Les investisseurs de leur côté bénéficieront d’une garantie sur leur capital mais seront aussi associés à la performance des entreprises financées grâce à une indexation du remboursement sur l’indice Vigeo « Ethical Europe Climate Care ».

La création d’indices « low carbon »

Au-delà des fonds qui financent les acteurs qui sont clairement à l'avant-garde du mouvement de transition vers une économie moins carbonée, il faut aussi encourager la prise en compte de l’enjeu climat sur l’ensemble des portefeuilles des investisseurs institutionnels. Une étape très importante pourrait être franchie en développant de nouveaux indices qui intègrent l'objectif de limiter à 2 degrés maximum la hausse des températures d'ici 2050.
Qu'on défende cette option ou qu'on la critique, on doit bien constater que la plupart des investisseurs évaluent la performance de leur gestion ou investissent en se référant à des indices qui, à ce stade, n'intègrent pas vraiment l'objectif de décarbonation. L'enjeu est pourtant considérable. Pour s'en convaincre, il suffit de considérer le montant des actifs gérés de manière passive (on change d’échelle « from billions to trillions »). Il faut donc saluer les initiatives des différents fournisseurs d’indices qui veulent aller au-delà des indices « bas carbone » actuels. Tous, à des titres divers, sont en train de travailler sur des indices qui fourniraient une assurance raisonnable aux investisseurs qui en demanderaient la réplication à leur gestionnaires d’actifs qu’ils sont sur la bonne trajectoire pour contribuer à limiter à 2° au maximum l’élévation de la température à l’horizon 2050.

La décarbonation des portefeuilles d’actifs

Pour les investisseurs les plus avancés, il faut aussi continuer à explorer de nouvelles modalités de promotion d'une gestion décarbonée.
L'ERAFP a été le premier investisseur à publier l'empreinte carbone de son portefeuille actions, il y a deux ans.
Le Régime est un fonds de pension. Il a donc une vision de long terme et considère par conséquent qu'il faut aborder de manière pro active la transition.
C'est la raison pour laquelle l'ERAFP a souhaité engager un processus de décarbonation en collaboration avec un de ses gestionnaires. Ainsi le portefeuille d’actions Europe géré par Amundi intègre-t-il désormais un filtre supplémentaire destiné à supprimer les entreprises les plus émettrices de gaz à effet de serre. A l'approche de la COP21, l'ERAFP propose une nouvelle approche.
Le Régime vient de confier à amLeague et Cedrus AM la mise en œuvre d’une plateforme permettant aux gestionnaires de montrer sur une période significative leur capacité à réduire l’intensité carbone d’un portefeuille « actions internationales ».
 
D'ores et déjà, l'ERAFP a pris des contacts avec un certain nombre d'investisseurs français et européens qui ont manifesté un intérêt pour cette démarche.
Il s’agit aussi de déterminer comment, dans une seconde étape, ils pourront investir en intégrant les résultats dégagés par les processus de gestion qui se seront avéré les plus performants.

Les investisseurs institutionnels doivent faire preuve d’esprit d’initiative
Si leur devoir fiduciaire leur dicte d’évaluer le risque que fait courir le changement climatique sur la valeur de leurs investissements, ils doivent faire plus. Ils doivent, en particulier, commencer à modifier leur allocation d’actifs.
C’est bien la démarche adoptée par l’ERAFP. Dans une démarche best in class, le Régime cherche à sortir, dans chaque secteur de l’économie, des entreprises qui parce qu’elles sont les plus intenses en carbone sont aussi les plus risquées. En parallèle, l’ERAFP entend contribuer à accélérer la transition en investissant dans des solutions qui vont au-delà du processus d’amélioration continue. Les exemples ci-dessus participent de cette politique d’innovation permanente que nous devons tous promouvoir si nous voulons mobiliser les fonds des grands investisseurs. C’est bien les milliers de milliards qu’il faut mobiliser pas simplement des milliards de fonds publics promis par des Etats aux prises avec leurs propres difficultés budgétaires.