Les actifs à forte intensité de carbone évoqués au G7 Environnement

Le 10 Mai 2019

« Les membres du G7 qui se sont engagés à mettre en œuvre rapidement et efficacement l’Accord de Paris réaffirment son irréversibilité, qui constitue le cadre multilatéral essentiel pour faire face au changement climatique. »

C’est par cette phrase que la France, le Canada, le Japon, l’Allemagne, le Royaume-Uni et l’Italie ont réaffirmé de concert, par communiqué, leur attachement à l’Accord de Paris sur le climat, adopté en 2015, lors du sommet du G7 Environnement qui s’est tenu à Metz, les 5 et 6 mai 2019.

Cette rencontre s'inscrivait dans le contexte de la publication du rapport spécial du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), en octobre 2018, dans lequel les scientifiques alertaient les décideurs sur la prochaine fermeture de la fenêtre d’opportunité pour limiter la hausse de la température à 1,5°C, tel que le prévoyait l'Accord de Paris. Les 6 pays ayant approuvé l’article ont ainsi notifié que les conclusions du GIEC « montre que le monde n’avance pas assez vite pour éviter les bouleversements climatiques irréversibles et catastrophiques ».

Dans ce cadre, ils soulignent l’importance de mettre en place de nouvelles mesures pour « aligner le soutien financier des banques multilatérales de développement sur la voie qui mène à la mise en œuvre intégrale de l’accord de Paris » ainsi que leur volonté de s’abstenir « d’investir dans des actifs à forte intensité de carbone ».


Résultat de recherche d'images pour "g7 environnement"