L’ERAFP renouvelle son soutien aux travailleurs bangladais du textile

Le 18 Septembre 2018

Dans une déclaration (Statement) de l’Interfaith Center on Corporate Responsability (ICCR) publiée le 13 septembre 2018, 153 investisseurs, dont l’ERAFP, demandent au gouvernement bangladais de soumettre à la Haute Cour de la Cour Suprême une demande de prolongation de l’Accord sur la sécurité des bâtiments et la prévention des incendies au Bangladesh.

Initialement conclu en 2013 entre syndicats et entreprises du textile à la suite du drame du Rana Plaza – immeuble dont l’effondrement avait fait plus d’un millier de victimes – la Haute Cour a décidé en juin dernier que l’Accord devait expirer en novembre 2018. C’est donc prochainement un organe national de réglementation qui devrait prendre le relais. Toutefois, les entreprises et syndicats membres de l’Accord estiment que les objectifs de sécurité n’ont pas tous encore été atteints et que le gouvernement n’a pour le moment pas les capacités d’assurer pleinement le travail de l’Accord.
 
Considérant les alertes des entreprises et syndicats – bangladais notamment –, les investisseurs membres de l’initiative « Bangladesh Investor », coordonnée par l’ICCR, soutiennent la prolongation de l’Accord, qu’ils considèrent comme étant aujourd’hui la meilleure option possible pour assurer aux travailleurs bangladais une sécurité efficiente et, ainsi, éviter un nouveau drame.
 
La pression des investisseurs et des entreprises pour une poursuite de l’Accord montre l’importance croissante accordée à la maîtrise de la chaîne d’approvisionnement aujourd’hui. Une préoccupation que la France a traduite dans la loi du 27 mars 2017 relative au devoir de vigilance des sociétés mères et des entreprises donneuses d’ordre. Sa mise en œuvre par les entreprises, engagée cette année, fera l’objet d’un suivi attentif par les investisseurs. 
 
L'info en +
Pour rappel, l’ERAFP participe depuis 2013 à l’initiative « Bangladesh Investor Initiative », lancée par l’ICCR comme suite au drame du Rana Plaza.
Son objectif initial était d’inciter les entreprises du secteur textile à rejoindre l’Accord sur la sécurité des bâtiments et la prévention des incendies au Bangladesh.